vendredi 11 janvier 2019

Dead Witches : The Last Exorcism

Raw fucking crust doom ? Ou bien tout simplement raw doom ? Bon sang, le putain de truc te vous a un de ces goûts de règlements d'ardoise et de revanche - et avant que je ne vous voie venir : le chant féminin, ajouté à mon indifférence plus globale a toute "l'affaire", fait que l'on ne le rattache pas du tout sauf à le vouloir expressément ce qui ne regarde que votre temps à perdre, à la bisbille Greening-euuuh ? tout le monde ? - qu'on en finirait, même - surtout ? - à l'écoute de choses comme la triste et terne "Fear the Priest", par être démangé de 2-3 vacheries à l'endroit des mignons Chrch et autres crusteux un peu trop preux... Pas que je ne sache apprécier un SubRosa ou un Chrch de temps à autre - voire jusqu'à un petit Agrimonia - mais tous vous ont un de ces airs affectés, à côté de ce mauvais coucheur-là, ci-devant... Une odeur d'aisselle fraîchement ablutionnée, un teint rosé.
Du disque lui-même, du reste, on aimerait dire beaucoup plus mais se voit en peine de le faire - et sans doute est-ce plus approprié après tout : crust et raw a-t-on dit, pas pour rien. Il serait disconvenant de faire de pareil album, avec sa façon de riffer trompeusement jumelle de celle d'Elwiz, et qui dégage comme une pestilence matinale son sarcasme bien à elle, globalement, à l'image des lignes de chant, moins liquoreuse que celui du groupe à Jus O., et bien plutôt portée à l'acétique (sans parler bien entendu de cette batterie de cheval de mauvaise augure) - quelque pompeuse et grandiose chose que ce soit, alors qu'il ressemble surtout à ouvrir sa porte un matin et constater qu'il fait moins froid dehors dans le vent mauvais, que chez soi, ou bien est-ce peut-être que simplement l'on a envie d'embrasser ce vent sec et farineux, en mettant la langue.
Il pourrait bien, en tous les cas, être là pour s'installer - ou peut-être est-ce simplement l'effet que fait l'hiver, chaque fois qu'il commence, et qu'on se demande comment un jour on a pu aimer avoir chaud.

Aucun commentaire: