vendredi 4 janvier 2019

Planet B : Planet B

Avec forte probabilité, de la part d'un des auteurs de New Erections se lançant dans un registre conventionnellement qualifié d'urbain, aurait-on dû s'attendre à une grande efficience pour ce qui concerne la capacité à échafauder des décors dystopiques de science-fiction paranoïde et de réalités chimiquement augmentée pour le pire.
Pour autant, l'on n'avait peut-être pas pris a priori la suffisante mesure de ce qui nous attendait en matière d'extrême mutabilité, d'un résultat flottant de façon permanente entre hip-hop du turfu dystopique axe Rubberroom-Bigg Jus, racaillerie irradiée dans la manière The Prodigy, new-jack-goth à la Skinny Puppy et autre aggrotech à l'ancienne - et pur dévissage quelque part à la croisée des Blood Brothers et du Crou du Stup... En vérité, le machin est tellement bâtard, et impossible à assigner à résidence pour l'empêcher de s'adonner à ses nuisances et déprédations, qu'on aurait tôt fait de le bombarder cousin breakbeat de Cop Shoot Cop : on est davantage du côté de ce genre de marlous faux-jetons là, avec leurs gueules de seconds rôles qu'il vaut carrément mieux pas s'y fier, dans l'Interlopezone, que dans le tape-à-l’œil léger de certain album qui trusta les podiums de fin d'année en 2018 - et je ne parle pas du Anna Von Hauswolff.
Clairement, Planet B c'est autre chose que la désolante suite que Ho99o9 donnèrent à leur prometteur Horrors of 1999. Toujours à la lisière du cartoon, jamais en dehors de la no-go-zone.

2 commentaires:

LANGOUSTE UH a dit…

Moins Scornien que l'intitulé ne le laissait penser, mais j'aime bien. Dommage par contre que la voix soit aussi irritante, les feats sont bienvenus.

gulo gulo a dit…

Elle m'irritait physiquement au début, quand bien même je l'appréciais, en effet, et j'ai failli inclure un passage sur comment son occupation du premier plan occulte presque certaines dingueries sonores. Mais on s'attache et apprécie son caractère punk cartoonesque, à l'usage (il y a eu quelques mois de mise au rancart du disque, entretemps).