vendredi 23 août 2019

All Out War : Crawl Among the Filth

Mais alors eux ! ils ont tellement bien fait, ma parole, d'épurer leur musique, de la simplifier ainsi jusqu'à l'essentiel - le punk, et l'apocalypse... Et, pour ajouter une petite plus-value autre que la reformulation au présent article, de parvenir dans le procédé à une sorte de version minimale - on n'ose dire à la façon haiku - du vieux Starkweather, qui ressemblerait à s'y méprendre à du crust messianique des enfers envahissant la Terre.
Et l'on ne dira même pas ce qui démange la langue du petit malin incorrigible, soit une quelconque vanne à base de "ils auraient pu s'arrêter juste avant que la coupe budgétaire et le régime d'austérité ne touchent le service graphisme, par contre" ; parce que cette pochette, là, oui celle-là même, elle est parfaite.
Puisqu'elle est parfaitement adaptée à ce qu'elle contient, à savoir quelque chose de désagréable, de méchant avec grande laideur.
On va trouver que j'insiste, mais il y a toujours, plus ou moins profond, au moins une raison vraiment très très solide pour qu'un nom soit lâché en référence ; alors, bon, soyons honnête, entre nous : vous l'avez, jamais, trouvée belle, la jaquette de Enemy of the Sun ? Bien ; vous avez jamais désiré qu'il en soit autrement ?
Ben c'est pareil.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire