dimanche 23 février 2020

Black Wine Order : Terre de Cimetière

Rythmé presque constamment d'une cadence ferme, solide, chanté ou peuplé de samples tout du long et non moins décidés : tiendrait-on là, du plus près qu'on tiendra jamais, un album "rock" de Black Wine Order... On s'en doute : v'là la gueule du rock.
Alors déjà, évidemment, ledit rock tient davantage du jazz lynchéen que de quelque rock d'après 1965 que ce soit ; il swingue comme du Lugubrum, comme du Sleazy Listening toujours, il pue la classe à un degré à peine tolérable, et titube entre Bashung, Sopor Aeternus et Tricky - pour vous donner une très grossière idée de la capiteuse fumée de cigarette que représente cette musique, dont on s'avise peu à peu qu'elle constitue, ni plus ni moins, que la poursuite des explorations entamées par Lab° il y a bien longtemps, mais en terres infernales, bien loin au fond du fumoir à opium. Tant et si bien que l'on doit ne s'avouer que modérément surpris - quoique délecté - lorsque de "Docre" survient la drum'n'bass satanique.
Sans aucun doute Terre de Cimetière est le plus direct, rectiligne, euclidien album de Black Wine Order ; et ce fait incontestable ne fait que mettre encore plus en évidence ce que le projet a de tranquillement blasphémateur, surnaturel, infernal et tutti quanti. On croirait le premier Arthur H, en vaguement plus trip-hop/nu-jazz, mais surtout transposé sur une lande venteuse qui tiendrait du Chien des Baskerville autant que de la légende d'Orphée.
Et ce qui est encore un peu plus évident ici (avec un album qui parvient peut-être même à mettre une claque comme on n'en n'avait pas tout à fait ressentie depuis vvvvv ; à moins que ce ne soit simplement qu'on n'écoute pas assez souvent Black Wine Order) comme à chaque album paru, c'est à quel point il est proprement inadmissible que ces merveilles restent de pures choses numériques, condamnées à être séquestrées dans les tristes barrettes mémoire d'un ordinateur. Personne ici n'a un label, ou quoi ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire