mardi 20 février 2018

The Wytches : All Your Happy Life

Il existe une intensité - autre que celle appelée emocore, s'entend : je vous vois venir - qui est à la fois celle de l'hypersensibilité de la chair écorchée à vif, et celle de la rage pure. Ce degré cuisant est le fil qui court comme un sourd et lancinant bourdon de Nirvana à Haust en passant par The Eighties Matchbox B-Line Disaster, Unknown Mortal Orchestra, Sex Gang Children, The Blood Brothers, Jane's Addiction et The Only Ones.
Et vous en avez la preuve de l'existence dans la vignette ci-contre, si vous voulez bien vous donner la peine d'écouter ce qui est emballé dedans ; un album qui est une robe de papier de verre aux drapés liquides comme de la soie, se balançant au vent d'un frisson de fièvre sentimentale ; sous des airs, faux mais délicieux, de rock rétro sucré à la Urge Overkill, mais émaillé d'éruptions révoltées d'une violence à terroriser toutes les araignées et les spectres à tête de Christopher Lee, dans les cimetières où il passe ses nuits en souvenir du premier disque des Wytches, et par découragement de chercher à se fondre à demeure ailleurs, dans la vie heureuse où sa capacité à se déhancher et glisser avec grâce permet à son mal-être incurable de passer inaperçu, le jour ; l'on pourrait à la vérité décrire All your Happy Life comme de l'emocore : de l'emocore dépressif transposé dans l'univers des cartoons de la Panthère Rose ; tout ce satin, sur lequel vient se poser cette voix d'une impossible effronterie juvénile,  d'une telle capacité à décaper le cœur aussi bien par la suavité pré-adolescente brute de sa sentimentalité que par ses accès de colère non moins étourdissante d'innocence ; ce caramel richement beurré, et qui vous décape à la façon d'une Craven A sur un gosier - et un estomac - culotté d'une lampée de gnôle à 70... Je vous dis que ça. Un disque, et au-delà un groupe, à la sincérité éperdue digne d'un The Cure et que mêmement l'on a envie de chérir bien serré, comme une friandise, un être cher, une chose fondante et brûlante.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire