dimanche 10 novembre 2019

My Sister's Machine : Wallflower

My Sister's Machine, comme pas mal de groupes de l'époque, ne fut pas qualifié de grunge (mais probablement de metal alternatif) alors qu'il venait pourtant bien de Seattle, allez donc comprendre - et le sera aujourd'hui à fort juste titre, tout comme un Nudeswirl (dont le groupe partage, à sa propre sauce, cette sorte de groove indolent et incandescent à la fois, tout en wah-wah et ondulation), car après tout, est-on davantage ici en terre hard rock que dans un Badmotorfinger, ou chez un... Alice in Chains ?
Car Wallflower (au fait, ce titre-là associé à cette pochette-là, qui me fascinent sans faillir depuis 26 ans : je réalise seulement aujourd'hui à quel point c'est à sa façon une déclinaison du principe poétique derrière Soudgarden et l'album sus-cité), c'est tout bonnement Alice - chopée quelque part entre Facelift et Dirt - qui décide tout à coup que bat les couilles putain, moi aussi je vais me sentir bien, je me mets aux gros pecos et à Corrosion of Conformity et niquez vous bien, putain : moi aussi je vais groover dur et je vous merde.
Inutile de vous dire que je préfère cent fois, à n'importe quoi qu'ont pu sortir les autres balourds sans Layne, écouter ce disque chaud, ambré, moelleux et pourtant râpeux, gorgé de toutes sortes de choses rentrées qui nouent le gosier avec dignité, viril et sensible, dont on ne voit guère de meilleur cousin que Gruntruck, voilà, et qui donne envie de faire dorloter son mal-être par les granuleux rayons d'un soleil opioïde.
Toute cette histoire de grunge, au fond c'est juste une façon journaliste de dire "soulful hard".

3 commentaires:

  1. Dans toutes les chroniques lues à l'époque et depuis, il était question de grunge pour ce groupe pourtant.

    RépondreSupprimer
  2. Ah ? Possible, j'en ai pas en tête à vrai dire, en revanche il est (et était) rarement cité, et ça c'est un tort, car il vaut beaucoup mieux que le rip-off qu'en font, par exemple, les chroniques sur RYM.

    RépondreSupprimer
  3. Je l'avais vu chroniqué dans certains mags metal à l'époque (Metal Hammer, Hard Rock Mag et Hard Force il me semble, et aussi une interview dans Noise Of The 90s).

    RépondreSupprimer